Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 02:03

19863938.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111207_030855.jpg

Ancien flic condamné à la prison pour un vol dont il se dit innocent, Nick Cassidy a réussi à s’évader. Dans un célèbre hôtel de New York, il monte jusqu’à l’un des derniers étages et enjambe la fenêtre. Le voilà dehors, sur la corniche, au bord du vide… Lydia Mercer, négociatrice de la police, est chargée d’essayer de le convaincre de ne pas sauter. Plus la jeune femme tente de dénouer cette situation périlleuse, plus elle prend conscience que Cassidy pourrait bien avoir un autre objectif… Son geste a peut-être un rapport avec le mystérieux projet sur lequel travaille son frère. Pendant que l’ex-flic est au bord du vide et attire l’attention de toute la ville, beaucoup de choses se trament et trop de gens semblent s’intéresser à son cas. Les pièces du puzzle vont se révéler peu à peu, au risque de faire tomber beaucoup plus qu’un seul homme…

BILAN: Excellent casting, le film n'est pas mauvais, mais disons qu'il est plutôt un mix de plein d'idées ou d'ambiance vu ailleurs (Phone Game, Fast and Furious, Prison Break) plus qu'une idée originale, en plus il y a beaucoup de temps faibles, d'invraisemblances et de pistes non expliquées.

Repost 0
25 février 2012 6 25 /02 /février /2012 01:35

19997438.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120113_115627.jpg

Danny, jeune garçon porteur d’une prophétie, suscite la convoitise de Roarke, un homme mystérieux possédant de grands pouvoirs. On fait alors appel à Johnny Blaze pour se lancer à la recherche de l’enfant en lui proposant comme récompense de le libérer de son alter ego, le Ghost Rider. Poussé par le désir de lever sa malédiction et celui de sauver le garçon, le Rider parviendra-t-il à s’affranchir de la menace de Roarke ?

BILAN: Affligeant, le premier n'était pas terrible mais celui-ci touche le fond, quasiment aucune référence au comic, l'histoire est bidon, Nicolas Cage fait du Nicolas Cage et ça fait de la peine, c'est à se demander si l'acteur se rend compte de sa déchéance et de son côté "junkie-psychologiquement atteint" qui transpire dans tous ses personnages depuis quelques années.

Repost 0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 13:23

19957689.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120102_012118.jpg

1973. La guerre froide empoisonne toujours les relations internationales. Les services secrets britanniques sont, comme ceux des autres pays, en alerte maximum. Suite à une mission ratée en Hongrie, le patron du MI6 se retrouve sur la touche avec son fidèle lieutenant, George Smiley. 
Pourtant, Smiley est bientôt secrètement réengagé sur l’injonction du gouvernement, qui craint que le service n’ait été infiltré par un agent double soviétique. Epaulé par le jeune agent Peter Guillam, Smiley tente de débusquer la taupe, mais il est bientôt rattrapé par ses anciens liens avec un redoutable espion russe, Karla. Alors que l’identité de la taupe reste une énigme, Ricki Tarr, un agent de terrain en mission d’infiltration en Turquie, tombe amoureux d’une femme mariée, Irina, qui prétend posséder des informations cruciales. Parallèlement, Smiley apprend que son ancien chef a réduit la liste des suspects à cinq noms : l’ambitieux Percy Alleline, Bill Haydon, le charmeur, Roy Bland, qui jusqu’ici, a toujours fait preuve de loyauté, le très zélé Toby Esterhase… et Smiley lui-même. 
Dans un climat de suspicion, de manipulation et de chasse à l’homme, tous se retrouvent à jouer un jeu dangereux qui peut leur coûter la vie et précipiter le monde dans le chaos. Les réponses se cachent au-delà des limites de chacun…

BILAN: L'exact opposé de "The Artist", autant le premier est un film moderne qui rend hommage aux vieux films, autant celui ci est un film obsolète sans originalité qui veut donner une image "prétentieuse de grand cinéma" via une atmosphère simulée et peu crédible. J'ai pas du tout aimé.

Repost 0
9 février 2012 4 09 /02 /février /2012 23:58

20011860-r 640 600-b 1 D6D6D6-f jpg-q x-20120124 033926

Hollywood 1927. George Valentin est une vedette du cinéma muet à qui tout sourit. L'arrivée des films parlants va le faire sombrer dans l'oubli. Peppy Miller, jeune figurante, va elle, être propulsée au firmament des stars. Ce film raconte l'histoire de leurs destins croisés, ou comment la célébrité, l'orgueil et l'argent peuvent être autant d'obstacles à leur histoire d'amour.

BILAN: Excellente surprise, j'avoue que j'ai eu du mal pour me motiver à sortir dans le froid pour voir un film muet en noir et blanc, mais bon, en tant que fan de cinéma je ne pouvais pas faire l'impasse sur cette oeuvre, et bien c'était extra, du beau cinéma à l'ancienne, comme quoi quand le long-métrage est de qualité il vieillit bien, malgré l'absence de paroles l'émotion passe et ça mérite le respect...chapeau...je préfère  Ryan Gosling pour les Oscars, en tant que français qui connaît par coeur Jean Dujardin, mais pour des américains, je pense qu'il a réalisé une performance exceptionnelle et mérité l'Oscar dans cet hommage au cinéma de l'âge d'or hollywoodien.

Repost 0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 19:28

19974914.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120109_110238.jpg

Le film explore la vie publique et privée de l’une des figures les plus puissantes, les plus controversées et les plus énigmatiques du 20e siècle, J. Edgar Hoover. Incarnation du maintien de la loi en Amérique pendant près de cinquante ans, J. Edgar Hoover était à la fois craint et admiré, honni et révéré. Mais, derrière les portes fermées, il cachait des secrets qui auraient pu ruiner son image, sa carrière et sa vie.

BILAN: Un biopic instructif et bien construit mais pas réellement passionnant niveau cinéma...

Repost 0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 19:04

19845839.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111109_042936.jpg

Mikael Blomkvist, brillant journaliste d’investigation, est engagé par un des plus puissants industriels de Suède, Henrik Vanger, pour enquêter sur la disparition de sa nièce, Harriet, survenue des années auparavant. Vanger est convaincu qu’elle a été assassinée par un membre de sa propre famille. 
Lisbeth Salander, jeune femme rebelle mais enquêtrice exceptionnelle, est chargée de se renseigner sur Blomkvist, ce qui va finalement la conduire à travailler avec lui.
Entre la jeune femme perturbée qui se méfie de tout le monde et le journaliste tenace, un lien de confiance fragile va se nouer tandis qu’ils suivent la piste de plusieurs meurtres. Ils se retrouvent bientôt plongés au cœur des secrets et des haines familiales, des scandales financiers et des crimes les plus barbares…

BILAN: Mon premier Millenium, j'ai adoré, des scènes très difficiles en début de film, mais ensuite excellente enquête policière,vraiment pas mon style de cinéma favori mais là j'ai aimé.

Repost 0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 00:08

19818398.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20110926_121243.jpg

Eddie, Dov, Yvan et les autres… Nos chaleureux amis ont migré du Sentier moribond à la banlieue florissante d’Aubervilliers… Là où les vieux entrepreneurs juifs ont laissé le terrain à de jeunes grossistes chinois courageux et dynamiques…
La petite bande est toujours aussi soudée, solidaire que lors des épisodes précédents, et la vie suit son cours, au gré des petits évènements familiaux et des affaires.
Dov semble toujours frivole, Eddie entreprenant, Yvan transi, Karine désinvolte, Sandra résolue, Chochana naïve, Serge irresponsable et mythomane. Quant à Patrick, il est amoureux et l’heureuse élue est loin d’être facile d’accès.
Tout irait pour le mieux jusqu’à ce qu’un vent mauvais apporte son lot d’adversité compromettant sérieusement la cohésion du groupe.
Succomberont-ils sous l’orage à la zizanie, ou bien, une fois de plus, à force d’entraide, de ruses et d’habileté, triompheront-ils de la crise avec panache ?

BILAN: J'y suis allé sans conviction et je suis sorti sans conviction, aucune surprise, la recette a fonctionné il y a 10 ans et ils font du réchauffer, que dire, ça va faire un carton mais c'est aussi navrant que le 2, l'original était un vent frais dans la comédie française mais les deux suites sont simplement des machines à fric

Repost 0
3 février 2012 5 03 /02 /février /2012 23:59

19853142.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111122_011634.jpgµ

Marc Marronnier, critique littéraire le jour et chroniqueur mondain la nuit, vient de divorcer d’Anne. Il est sûr à présent que l’amour ne dure que 3 ans. Il a même écrit un pamphlet pour le démontrer mais sa rencontre avec Alice va renverser toutes ses certitudes.

BILAN: J'ai adoré le livre, j'ai adoré le film, j'adore le mec...voilà tout est dit...après cinématographiquement c'est ce qu'on appelle "un plaisir solitaire", Beigbeder fait un film à sa "gloire" c'est quand même très fort dans le côté égocentrique magnifique, d'autant plus que le version cinéma est beaucoup plus lisse que le livre où sa sincérité le rend touchant, là son personnage est quand même élevé au rang d'icône poétique et mégalo...

Repost 0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 18:47

19961614.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20120106_115437.jpg

A Hawaii, la vie d’une famille bascule. Parce que sa femme vient d’être hospitalisée suite à un accident de bateau, Matt King tente maladroitement de se rapprocher de ses deux filles, Scottie, une gamine de dix ans vive et précoce, et Alexandra, une adolescente rebelle de dix-sept ans. Il se demande aussi s’il doit vendre les terres familiales, les dernières plages tropicales vierges des îles, héritées de ses ancêtres hawaiiens. Quand Alexandra lui révèle que sa mère avait une liaison, le monde de Matt vacille. Avec ses deux filles, il part à la recherche de l’amant de sa femme. Durant une semaine essentielle, au fil de rencontres tour à tour drôles, perturbantes et révélatrices, il va finalement prendre conscience que sa principale préoccupation est de reconstruire sa vie et sa famille…

BILAN: Grosse arnaque, j'ai été déçu par ce film, les critiques et George me promettaient un bon film ce que confirmait la première phrase du film "C'est pas parce qu'on vit à Hawaï qu'on ne vit pas de drame", bilan le thème du film (décès de l'épouse et découverte de son infidélité) et complètement dilué dans l'ambiance "cool" et la petite musique des îles, c'est à dire exactement ce l'inverse de ce qui était promis au départ, un pseudo "American Beauty" du pauvre sous haute dose de Prozac.

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 17:22

19830010.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111014_045615.jpg

Sherlock Holmes a toujours été réputé pour être l'homme à l'esprit le plus affûté de son époque. Jusqu'au jour où le redoutable professeur James Moriarty, criminel d'une puissance intellectuelle comparable à celle du célèbre détective, fait son entrée en scène… Il a même sans doute un net avantage sur Holmes car il met non seulement son intelligence au service de noirs desseins, mais il est totalement dépourvu de sens moral. Partout dans le monde, la presse s'enflamme : on apprend ainsi qu'en Inde un magnat du coton est ruiné par un scandale, ou qu'en Chine un trafiquant d'opium est décédé, en apparence, d'une overdose, ou encore que des attentats se sont produits à Strasbourg et à Vienne et qu'aux Etats-Unis, un baron de l'acier vient de mourir… 
Personne ne voit le lien entre ces événements qui semblent sans rapport, hormis le grand Sherlock Holmes qui y discerne la même volonté maléfique de semer la mort et la destruction. Et ces crimes portent tous la marque du sinistre Moriarty. Tandis que leur enquête les mène en France, en Allemagne et en Suisse, Holmes et Watson prennent de plus en plus de risques. Mais Moriarty a systématiquement un coup d'avance et semble tout près d'atteindre son objectif. S'il y parvient, non seulement sa fortune et son pouvoir seront sans limite, mais le cours de l'Histoire pourrait bien en être changé à jamais…

BILAN: Bilan mitigé, comme pour le premier, tout d'abord je répète que pour moi Robert Downey Jr est le meilleur acteur de sa génération et l'équivalent masculin de Reese Witherspoon à mes yeux, c'est à dire des gens dont j'irais toujours voir les films les yeux fermés, à côté de ça le film en lui même m'endort comme le premier, cette ambiance visuelle tellement sombre moi ça me fatigue, sans rire je pique du nez peu importe l'action à l'écran, donc je dirais qu'esthétiquement c'est irréprochable mais tellement sombre que pour moi ça met l'action au second plan, mais comme Robert est là, tout va.

Repost 0

Présentation

Recherche

Liens