Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 novembre 2013 6 30 /11 /novembre /2013 00:28

21045319 2013101714250983-r 640 600-b 1 D6D6D6-copie-1

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais…

BILAN: C'était frustrant, on sent que l'histoire va prendre une autre tournure mais ça veut pas venir, on se retape une version remasterisée du premier avec des indices subtils sur le virage en devenir et pouf quand ils jouent cartes sur table et que l'héroïne change même visuellement, GENERIQUE DE FIN.

Repost 0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 17:06

21053175_20131028101747376.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Cette fois, c’est officiel : Nicolas est le nouveau père Noël. Sacrée responsabilité pour un petit garçon de 7 ans ! Mais à deux jours de sa première tournée, Nicolas doit faire face à une terrible crise : Aux quatre coins du monde, la magie de Noël est en train de disparaitre, et c’est lui qui en est la cause ! Car Nicolas a contracté la maladie des enfants qui veulent grandir trop vite : La grande-Personnelose ! Le conseil des anciens pères Noël est contraint de le démettre de ses fonctions de toute urgence. Pour regagner sa place et sauver Noël, Nicolas va devoir retrouver l’innocence, la fraîcheur et l’insouciance de son enfance. Heureusement, « L’esprit de Noël » veille sur le petit garçon et place sur son chemin un calendrier magique ! C’est, pour Nicolas, le début d’un voyage plein de surprises au travers des 24 portes du calendrier.

BILAN: Un gentil film de Noël mais uniquement pour les enfants, les adultes auront du mal selon moi...

Repost 0
24 novembre 2013 7 24 /11 /novembre /2013 17:03

21040713_20130919122153669.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Capitaine Phillips retrace l’histoire vraie de la prise d’otages du navire de marine marchande américain Maersk Alabama, menée en 2009 par des pirates somaliens. La relation qui s’instaure entre le capitaine Richard Phillips, commandant du bateau, et Muse, le chef des pirates somaliens qui le prend en otage, est au cœur du récit. Les deux hommes sont inévitablement amenés à s’affronter lorsque Muse et son équipe s’attaquent au navire désarmé de Phillips. À plus de 230 kilomètres des côtes somaliennes, les deux camps vont se retrouver à la merci de forces qui les dépassent…

BILAN: J'ai trouvé le début du film assez efficace mais pas forcément passionnant, à tel point que je me suis endormi, la fin du film était un peu plus tendu, en gros les faits divers ne font pas toujours des films de cinéma de qualité selon moi

Repost 0
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 23:53

20529833_20131017171932686.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D-copie-3.jpg

Le premier souvenir que j’ai de ma mère c’est quand j’avais quatre ou cinq ans. Elle nous appelle, mes deux frères et moi, pour le dîner en disant : "Les garçons et Guillaume, à table !" et la dernière fois que je lui ai parlé au téléphone, elle raccroche en me disant : "Je t’embrasse ma chérie" ; eh bien disons qu’entre ces deux phrases, il y a quelques malentendus.

BILAN: Je maintiens l'opinion que j'avais via la bande-annonce, ce film me met un peu mal à l'aise, je reconnais la qualité indéniable de l'acteur, le film est vraiment hilarant par moment, mais j'ai l'impression d'assister à un drame qui provoque des rires et ça me plait pas du tout, on rit au mépris de quelqu'un et pas grâce à/à cause de la qualité du personnage, ça passe parce qu'il parle de lui mais malgré ça me met mal à l'aise.

Repost 0
17 novembre 2013 7 17 /11 /novembre /2013 14:50

20541851_20130930175039697.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Seul dans un théâtre parisien après une journée passée à auditionner des comédiennes pour la pièce qu’il s’apprête à mettre en scène, Thomas se lamente au téléphone sur la piètre performance des candidates. Pas une n’a l’envergure requise pour tenir le rôle principal et il se prépare à partir lorsque Vanda surgit, véritable tourbillon d’énergie aussi débridée que délurée. Vanda incarne tout ce que Thomas déteste. Elle est vulgaire, écervelée, et ne reculerait devant rien pour obtenir le rôle. Mais un peu contraint et forcé, Thomas la laisse tenter sa chance et c’est avec stupéfaction qu’il voit Vanda se métamorphoser. Non seulement elle s’est procuré des accessoires et des costumes, mais elle comprend parfaitement le personnage (dont elle porte par ailleurs le prénom) et connaît toutes les répliques par cœur. Alors que l’« audition » se prolonge et redouble d’intensité, l’attraction de Thomas se mue en obsession…

BILAN: Une expérience intéressante, ce film joue toutes les gammes des ambiances, tantôt grotesque et ludique, tantôt angoissant et dérangeant, avec une vraie maîtrise qui rend hommage à la singularité du théâtre.

Repost 0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 20:33

21041625_20130919114531457.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Ray Breslin est un ingénieur spécialisé dans la conception de prisons ultrasécurisées. Il teste lui-même l’efficacité de ses bâtiments en se faisant enfermer puis en s’évadant. Contacté par une société privée souhaitant tester un concept révolutionnaire de prison hi-tech, il se retrouve prisonnier. Piégé dans ce complexe ultra-moderne, harcelé par un directeur impitoyable et son gardien corrompu, Ray découvre une conspiration pour le faire disparaître à jamais. Sa seule chance de survie : une alliance avec Emil Rottmayer, un co-détenu ayant lui aussi un secret. Pour avoir une chance de s’évader, ils vont d’abord devoir se faire confiance.

BILAN: C'est dur de vieillir, un bon film "has-been" entre ces deux légendes des années 80

Repost 0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 20:30

21035749_20130903122939701.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

Pour la première fois, une forêt tropicale va naître sous nos yeux. De la première pousse à l’épanouissement des arbres géants, de la canopée en passant par le développement des liens cachés entre plantes et animaux, ce ne sont pas moins de sept siècles qui vont s’écouler sous nos yeux. Depuis des années, Luc Jacquet filme la nature, pour émouvoir et émerveiller les spectateurs à travers des histoires uniques et passionnantes. Sa rencontre avec le botaniste Francis Hallé a donné naissance à ce film patrimonial sur les ultimes grandes forêts primaires des tropiques, au confluent de la transmission, de la poésie et de la magie visuelle. "Il était une forêt" offre une plongée exceptionnelle dans ce monde sauvage resté dans son état originel, en parfait équilibre, où chaque organisme - du plus petit au plus grand – connecté à tous les autres, joue un rôle essentiel.

BILAN: Sans surprise ce conte écologique est aussi beau que chiant, comme souvent dans ce style de film

Repost 0
16 novembre 2013 6 16 /11 /novembre /2013 20:27

21045366_20130930183256669.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

La descente aux enfers d’un avocat pénal, attiré par l’excitation, le danger et l’argent facile du trafic de drogues à la frontière américano-mexicaine. Il découvre qu’une décision trop vite prise peut le faire plonger dans une spirale infernale, aux conséquences fatales.

BILAN: Grosse déception, excellente bande-annonce/film très médiocre, le casting est excellent et c'est peut-être le problème, chaque acteur tire la couverture à lui à tour de rôle et personne ne se préoccupe du long-métrage.

Repost 0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 22:08

21023225_20130729172913429.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

À l’âge de 21 ans, Tim Lake découvre qu’il a la capacité de voyager dans le temps... Lors de la nuit d’un énième nouvel an particulièrement raté, le père de Tim apprend à son fils que depuis des générations tous les hommes de la famille maîtrisent le voyage intertemporel. Tim ne peut changer l’histoire, mais a le pouvoir d’interférer dans le cours de sa propre existence, qu’elle soit passée ou à venir... Il décide donc de rendre sa vie meilleure... en se trouvant une amoureuse. Malheureusement les choses s’avèrent plus compliquées que prévu. Tim quitte les côtes de la Cornouailles pour faire un stage de droit à Londres et rencontre la belle et fragile Mary. Alors qu’ils tombent amoureux l’un de l’autre, un voyage temporel malencontreux va effacer cette rencontre. C’est ainsi qu’au fil de ses innombrables voyages temporels il n’a de cesse de ruser avec le destin afin de la rencontrer pour la première fois, encore et encore, jusqu’à ce qu’il arrive à gagner son coeur. Tim se sert alors de son pouvoir afin de créer les conditions idéales pour la demande en mariage parfaite, pour sauver la cérémonie à venir du discours catastrophique du pire des garçons d’honneur imaginable mais aussi pour épargner à son meilleur ami un désastre professionnel. Mais alors que le cours de sa vie inhabituelle se déroule, Tim découvre que ce don exceptionnel ne lui épargne pas la peine et les chagrins qui sont communs à n’importe quelle autre famille partout ailleurs.

BILAN: Franchement en lisant le pitch j'ai eu très peur, mais le label "Love Actually/Notting Hill/4 Mariages et 1 enterrement" plus le casting m'a convaincu d'exceptionnellement sortir mon porte-monnaie pour aller voir ce film qui n'était pas à l'affiche de mon cinéma habituel, et bien je suis content d'y être allé, le côté "fantastique" n'est qu'une excuse pour nous resservir une nouvelle fable sur le bonheur et l'amour, je suis client et je le resterais toujours, un "Feel Good Movie" simple et sincère.

Repost 0
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 22:04

21040497_20130917180148438.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q.jpg

 

Alexandre Taillard de Worms est grand, magnifique, un homme plein de panache qui plait aux femmes et est accessoirement ministre des Affaires Étrangères du pays des Lumières : la France. Sa crinière argentée posée sur son corps d’athlète légèrement halé est partout, de la tribune des Nations Unies à New-York jusque dans la poudrière de l’Oubanga. Là, il y apostrophe les puissants et invoque les plus grands esprits afin de ramener la paix, calmer les nerveux de la gâchette et justifier son aura de futur prix Nobel de la paix cosmique. Alexandre Taillard de Vorms est un esprit puissant, guerroyant avec l’appui de la Sainte Trinité des concepts diplomatiques : légitimité, lucidité et efficacité. Il y pourfend les néoconservateurs américains, les russes corrompus et les chinois cupides. Le monde a beau ne pas mériter la grandeur d’âme de la France, son art se sent à l’étroit enfermé dans l’hexagone. Le jeune Arthur Vlaminck, jeune diplômé de l’ENA, est embauché en tant que chargé du “langage” au ministère des Affaires Étrangères. En clair, il doit écrire les discours du ministre ! Mais encore faut-il apprendre à composer avec la susceptibilité et l’entourage du prince, se faire une place entre le directeur de cabinet et les conseillers qui gravitent dans un Quai d’Orsay où le stress, l’ambition et les coups fourrés ne sont pas rares... Alors qu’il entrevoit le destin du monde, il est menacé par l’inertie des technocrates.

 

BILAN: Belle performance, ce film globalement très moyen parvient à retourner le spectateur grâce à une ambiance franchement sympathique, ça se sent que les acteurs se sont bien amusés et c'est communicatif.

Repost 0

Présentation

Recherche

Liens